side-area-logo

Saint-Chamond

Campagne de déjections canines pour la Mairie de Saint-Chamond

Le Contexte

La Mairie de Saint-Chamond a souhaité être accompagnée dans la création de supports destinés à sensibiliser les propriétaires de chiens dans la lutte contre les déjections canines sur la voie publique, ou au sein des espaces verts. Quotidiennement, de nombreux sites (une dizaine plus particulièrement ciblés) sont touchés par ce genre de nuisances, par habitude des propriétaires ou bien par facilité de passage.

De manière générale, les canisettes réparties sur la commune sont trop peu exploitées, les déjections animales ne sont pas ramassées par les propriétaires bien que des sacs soient mis à disposition gratuitement. Après la pédagogie ce sera une sanction financière.

La problématique

Les objectifs de communication

La Ville de Saint-Chamond souhaitait pouvoir disposer d’un visuel percutant, coloré “flashy”, immédiatement évocateur du message de bon comportement à adopter.

La réponse globule rouge

La plupart des campagnes de ce type utilisent les mêmes ressorts de communication très classiques, et conventionnels. Sortir des sentiers battus, tel a été l’objectif de globule rouge sur cette campagne. Une approche plus ludique que moralisatrice. Pour autant, le message doit impérativement être fort et créer un impact pour tout propriétaire d’animal.

Vous allez ramasser! Si vous ne ramassez pas…

La responsabilisation citoyenne ne suffit plus ! La plupart des municipalités font le même constat. L’installation de canisettes et de distributeurs de sacs ne suffit pas à responsabiliser certains propriétaires de chiens. Beaucoup de personnes ignorent l’existence de sanctions en cas de non ramassage de déjections canines, ou bien pensent qu’elles ne sont jamais appliquées.

Tout l’enjeu consiste à changer les paradigmes,

et requalifier un geste anodin en une infraction réelle et un risque pour le porte-monnaie. Nous avons préconisé d’axer le message principal sur la sanction encourue pour donner une réalité concrète à ce manquement civique et légal. Le message secondaire rappelle les devoirs citoyens.

Du second degré pour faire le buzz et compenser l’aspect formel

Facebook et Instagram sont des medias informels. Afin d’être partagée, une publication se doit d’apporter une plus-value esthétique, divertissante ou humoristique. Nous préconisons donc l’emploi d’une tonalité décalée et caustique afin d’interpeller le public et de compenser l’aspect légal de la campagne.

A la différence de l’affichage de rue accessible à l’ensemble de la population, le partage sur le social media se fera majoritairement par le biais des “bons citoyens”, déjà sensibles à la cause. Nous devons donc rester proches de leur agacement et de ce qu’ils pensent tout bas à travers une approche pêchue et informelle.

Une campagne multicanal déclinable en signalétique extérieure sur les lieux publics, en campagne d’affichage ainsi que sur le web et les réseaux sociaux.