Menu

Les Globules

31/12/2018

En cette fin d’année, un vent d’étrangeté souffle le long de la rue de la République à Saint-Etienne.
Des témoins auraient en effet aperçu plusieurs éléments à la fois cocasses et parfois franchement troublants. On parle de mystérieuses affiches vantant les mérites d’un breuvage obscur, d’inscriptions griffonnées à la va-vite sorties tout droit d’un cerveau perturbé. Certains affirment même avoir aperçu dans la nuit des personnages chimériques et terrifiants errer sur les trottoirs mal éclairés d’un air hagard, ne laissant derrière elles qu’un sillon de fines plumes blanches.

Mais d’où vient ce « lait de poule », l’énigmatique boisson qui s’avère être la clé de toute cette agitation ? Ça sort vraiment de là où je pense ? Et surtout, peut-on faire un petit déjeuner équilibré avec ça ?

Cessons de passer du coq à l’âne, il est temps de vous annoncer que cette campagne à été pondue par l’ensemble de l’équipe des Globules, à l’occasion de ses vœux de fin d’année.

Nous avons ainsi laissé carte blanche à nos créatifs afin qu’ils puissent s’exprimer sur le sujet de leur choix. Les seuls objectifs de l’opération : témoigner de notre radicalité et de notre engagement sur nos missions créatives, démontrer l’étendue de nos domaines de compétence autour d’une campagne de storytelling transmédia, et enfin de délivrer à travers une histoire volontairement absurde et décalée un message sur les connexions humaines, le pouvoir de la communication et l’importance de l’affirmation de soi.

Et quel résultat, au-delà de nos espérances ! En choisissant de parler d’une boisson méconnue, dont le nom prête en soi à confusion, nous avons pu jouer pendant tout un mois avec une gamme entière de tonalités et de registres, en mêlant fausses pistes et véritables calembours douteux, afin de brouiller les cartes et de générer du bouche à oreille.

Ces éléments de storytelling, nous les tirons de nos expériences variées, ainsi que de tout le fantasme généré autour d’un élément extraordinaire, aussi absurde qu’il puisse paraître. Ainsi, on pouvait retrouver pêle-mêle des affiches parodiques issues de nombreuses sources inventées, une série de teasers viraux mettant en scène des personnages masqués en plein cœur de la ville, sous le regard stupéfait des badauds, ou encore un véritable documentaire d’une vingtaine de minutes, exercice de style délirant, fruit d’un travail à la fois planifié et totalement improvisé, mêlant dans un joyeux bazar docu-fiction, hommage à strip-tease et séquences surréalistes.

Et pour terminer une histoire pareille, autant le faire en beauté, avec notre soirée des vœux, qui aura lieu le 10 janvier à l’agence, pour un moment festif sans pareil.

Cette volonté de créer la confusion, de créer un « bug » dans la réalité et de questionner notre rapport aux informations, nous l’avons appliqué sans ménager, au sein de nos canaux de diffusion.

Au carnet de chèque et au martèlement intensif sur les médias traditionnels, nous avons en effet préféré la rue et l’avancée à couvert, en sous-marin. En prenant le contre-pied de réseaux sociaux où tout le monde poste, lit, et partage en quelques secondes, nous avons infiltré les groupes locaux et les communautés digitales de la région, afin de les « hacker » et d’y planter les graines de notre Storytelling via des comptes personnels, créant ainsi une stupéfaction et un intérêt spontanés qui ont fait mouche.

Le résultat est sans appel : au-delà d’une visibilité sublimée sur l’ensemble de nos réseaux sociaux, avec plus de 20 000 interactions en un mois, l’opération a amené de nombreux curieux à venir à notre rencontre, simplement en passant notre porte du 23, rue de la République, pour découvrir ce qu’il se manigance derrière ces vitrines. Une campagne des vœux pour voler dans les plumes de la com’ formatée et de la désinformation, qui, on l’espère, fera des petits !

Plus d'actus